À propos du musée – L'histoire du musée

L'idée de dédier un musée au raz-de-marée en mer du Nord de 1953 a été suggérée plusieurs fois au fil des années, mais n'avait jamais été réalisée. Les caissons Phoenix, permettant de fermer la brèche de digue près d'Ouwerkerk en octobre 1953, restent pendant longtemps de simples colosses de béton dans le paysage.

Un projet

La commémoration des 40 ans de la catastrophe en 1993 fait ressurgir d’anciennes idées. Un groupe de travail est créé et sous la direction de Ria Geluk, le projet Watersnoodmuseum devient réalité. La barre est placée haut. Le groupe de travail présente le projet d’installer le Watersnoodmuseum dans les caissons Phoenix. Un défi pour l’architecte Evert Joosse de Kloetinge qui, avec le soutien d’un groupe de bénévoles, réalise les plans.

Innovation rurale

Pour l’aménagement, le Bureau pour la communication éducative Podium à Utrecht intervient et commence la recherche de possibilités de financer le projet. Les autorités, les entreprises et les fonds proposent des subventions dans le cadre du projet « Innovation rurale ».

En septembre et octobre 2000, l’aménagement est tellement avancé qu’on décide de faire une ouverture-test du musée. L’hiver suivant, l’aménagement est finalisé. Le 2 avril 2001, la secrétaire d’État aux Transports et à la Gestion des Eaux, Monique de Vries, signe l’inauguration du Watersnoodmuseum, en compagnie de bénévoles, de sponsors et de nombreux invités.

Ensuite, le musée est pas mal agrandi et transformé. Les quatre caissons Phoenix dans l’ancienne digue d’Ouwerkerk sont reliés entre eux par des galeries et aménagés comme espaces d’exposition. Mémoire et souvenirs sont les mots clés du musée, mais l’exposition a surtout une fonction éducative. Tout le musée fait le lien entre le raz-de-marée en mer du Nord et de nouvelles approches dans le domaine de la gestion de l’eau.